Cela fait des mois que je n'avais rien écrit ici et j'avais envie de parler de ma marotte, j'en ai plein, une de plus me direz-vous. Oui une de plus, mais une plus importante que les autres.

Pour ceux qui le découvrirait maintenant, je suis écrivain, pour ceux qui le savent déjà ce billet ne sera pas vraiment une surprise.

A la faveur de deux cadeaux d'anniversaire magnifiques, j'ai repris goût depuis quelques temps à l'écriture à la main, les cadeaux en question étaient deux magnifiques stylos plumes : Un Waterman Exception Idéal noir plume en or 18K et le Cross Année du Serpent plume en or blanc 18K également. Je possédais déjà deux superbes Waterman, un Étalon et un Carène avec les mêmes caractéristiques que le petit dernier. Étant gauchère, il est délicat pour moi de trouver des plumes qui glissent bien sur le papier, parce qu'à la différence des droitiers qui tirent sur la plume, les gauchers eux la poussent, ce qui fait que nous "labourons" le papier en écrivant. Il nous faut donc des plumes douces et délicates qui n'arrachent pas la matière sur laquelle nous écrivons. Ceux qui ont déjà écrit à la plume savent à quel point il est désagréable que des peluches de papier se glissent dans la plume, causant alors des excès d'encre et alors le stylo se met à baver, ajoutez à ça le fait que nous repassons systématiquement sur notre écriture avec le gras de notre paume et vous aurez un magnifique embrouillamini illisible et sale. 

J'ai toujours aimé les stylos plumes, voyez-y une revanche de gauchère à qui l'école primaire catholique qu'elle a fréquenté de son CP à son premier CM2 a longtemps fait croire que comme elle était gauchère, elle n'aurait jamais le droit d'écrire avec une plume ! Rendez-vous compte. On me privait d'un droit ! Impossible. Et puisque les gauchers écrivent mal, je n'avais plus qu'à adopter une belle écriture et mériter ma plume. J'y ai beaucoup travaillé. 

A l'adolescence, j'ai découvert mes premières amours plumesques. Les Rotring Art Pen ! La magie du choix, certes pas donnés à l'époque, il fallait débourser plus de 120F pour avoir la chance d'en posséder un et c'était largement hors de la portée de ma bourse. Mais à force de patience, j'ai réussi à en posséder jusqu'à 3. Tous de tailles différentes, ces plumes étant destinées non pas à l'écriture, mais à la calligraphie, je possédais donc un noir en 1.1, un rouge en 1.5 et un bleu en 1.9 (les couleurs font référence à l'encre utilisée non à la couleur du stylo, ils étaient tous noirs). Et un jour, au lycée, en terminale, j'ai perdu le 1.5. D'ailleurs, je pense que la personne qui l'a trouvé n'a jamais pu écrire avec parce qu'à force de l'utiliser, j'avais bisauté la plume. Bien mal acquis ne profite jamais. 

Pour mes 20 ans, mes parents m'ont offert ma première parure de prestige, l'Etalon Waterman en or. J'ai vénéré ce stylo jusqu'à ce qu'on me vole mon sac pendant la projection de Titanic (ne me demandez pas pourquoi je hais ce film, au delà de la ridicule romance qu'il présente). J'avais perdu mes deux compagnons, le plume et le roller, laissant orphelin le critérium (que je possède toujours et qui me sers pour le dessin). Pour mes 25 ans, mon père a retrouvé le plume, mais pas le Roller et mon compagnon de l'époque (mon mari aujourd'hui) y a ajouté le Carène. J'avais deux compagnons. A chacun sa plume, l'une fine l'autre médium, à chacun sa couleur. Le Carène s'est vu attribué le magnifique "Bleu des mers du sud" (introuvable aujourd'hui, remplacé par le bleu sérénité quel dommage) et l'Étalon par le noir. 

Cette année pour mes 36 ans, les deux petits nouveaux sont arrivés pour compléter ma collection. Le Cross a été une immense surprise, qui a enflammé mon âme ! L'Exception aussi a contribué à remettre tous mes sens en émoi. Le Serpent s'habille de noir (petites cartouches, non standards et mon dieu qu'elles partent vite) et l'Ideal de "Violet Tendresse".

J'ai donc présentés les plumes, que vous ne verrez pas en photos, maintenant, je vais vous présenter le vrai sujet de ce billet. Oui c'est une longue introduction. Que ne serait une plume sans le support pour qu'elle y glisse.

Je collectionne donc les cahiers ! Oui oui ... après avoir trimballé des petits carnets à spirales 9x13 petits carreaux parce qu'ils étaient pratiques, transportables dans mes sacs à mains, je suis passé à plus grand, plus rigolo, plus prestigieux aussi. Ça a commencé quand j'ai croisé pour la première fois la marque Paperblanks.

Paperblanks Série "Les Chats" (cadeau)

 

DSC01173

 

DSC01174DSC01175

Paperblanks petit carnet (cadeau)

DSC01151

Paperblanks Grands Cahiers (les deux sont des cadeaux) Il en manque un, mais je n'ai plus de batterie sur l'appareil alors je ferai la photo plus tard, il s'agit du grand cahier de la série des grands hommes et le mien c'est Saint Exuperry (si ça étonne quelqu'un dans la salle, qu'il se lève).

DSC01171

Un agenda Paperblanks que j'ai peu utilisé mais il est trop beau

DSC01172

Et un jour je suis tombée sur la fabuleuse collection de la Marelle en Papier, dont je déplore la politique actuelle, ils ont multiplié les styles de cahiers, mais ne font plus de cahiers d'écriture. J'apprécie particulièrement les trois "créatrices" suivantes qui ont fait de magnifiques couvertures pour leurs cahiers : Miss Clara, Lyndie Dourthe et Chloé Rémia. Miss Clara vend certaines de ses créations et je bave chaque fois que je vois ses fées de papiers. (oui papiers avec un s puisqu'elle en utilise plusieurs sortes pour la fabrication de ses petits personnages.

DSC01152

 DSC01163

DSC01165

DSC01166

 DSC01167

 DSC01176

 DSC01177

Petits Carnets Punch Studio 65 pages. (cadeau... je cherche encore quoi faire avec ... sont trop petits !)

DSC01150

Les derniers à être rentrés dans la collection sont ceux de Kimane Design et j'aime beaucoup le papier qu'ils utilisent, sur lequel mes plumes glissent à merveille, et l'idée d'alterner pages lignées, à carreaux ou blanches, ce qui me permet d'illustrer parfois mes écrits. Je ne prétends pas être illustratrice mais il m'arrive de dessiner un peu.

DSC01180

 DSC01181

 DSC01182

Bien sûr cette liste ne serait pas tout à fait complète sans la précieuse contribution du SNE et des cadeaux qu'il fait aux auteurs pour chaque salon du livre et dont des cartons entiers partent à la poubelle. J'ai toujours l'occasion d'en récupérer un ou deux. D'ailleurs, si vous en possédez des vierges qui datent d'avant l'année 2010, je serai heureuse de vous en débarrasser pour compléter ma collection. 

Depuis 2010 ces cahiers font mon bonheur sur le salon puisqu'ils me servent à torturer quelques instants les lecteurs de la maison qui achètent un livre sur mon stand. Si les auteurs présents dédicacent, les lecteurs aussi me laissent un petit message dans ces cahiers que je garde précieusement et que j'aime parcourir pour y picorer les gentils messages laissés par les inconnus (ou connus) qui sont venus piocher un peu de frissons chez nous.

DSC01186

DSC01189

 

DSC01184

DSC01187

 

Et puis les autres, cadeaux divers et variés. D'ailleurs, si vous voulez me faire plaisir et que vous ne savez pas quoi m'offrir, pour Noël, anniversaire ou autre, n'allez pas vous torturez l'esprit trop loin, un cahier original fera toujours mon bonheur. Vous vous verrez même peut-être gratifié d'une histoire, nouvelle ou roman, où l'un des personnages principaux portera votre nom. 

DSC01185

DSC01170

DSC01178

 

Et voila, maintenant vous savez où naissent mes histoires et sur quels supports et par quelles plumes. 

Je vous souhaite une bonne journée, et n'oubliez pas, dans les livres il y a des aventures qui n'attendent que vous pour être vécues.

Pénélope