L'antre de Pénélope

19 juillet 2014

Dans ma tête, tout au fond.

Parfois, il se passe des choses bizarres dans ma tête. Des choses au delà de l'étrange. Des rêves surgis de nulle part. Ils me surprennent par leur richesse et par les détails qu'ils contiennent : couleurs, odeurs, sensations physiques, personnages, situations, locations et même parfois musique (un jour je vous raconterai comment je suis enveloppée de musique quand je rêve que je vole...).

Mais le sujet du jour, c'est le rêve de la nuit dernière. Il m'arrive de rêver de personnes que je connais, si ce n'est pas ultra régulier, c'est tout de même fréquent, particulièrement quand je viens de rencontrer quelqu'un, cette personne a souvent tendance à squatter mon subconscient. Jungienne ou Freudienne, l'analyse est très simple, j'intègre juste la personne dans mon cosmos personnel, il faut qu'elle trouve sa place dans mon environnement, mon cerveau faisant ce travail nuitamment à mon insu. Il s'amuse à placer la personne dans des situations étranges, qui me laissent perplexe au réveil, et me donnent souvent matière à écrire. Ce qui est chouette quand on est écrivain, c'est justement d'avoir un cerveau à même de vous foutre dans des plans existentiels délirants qui vous serviront de terreau pour une histoire ou plus.

Le rêve de la nuit dernière n'a pas échappé à la bizarrerie habituelle. Mais avant de le raconter, il faut replacer le tout dans son contexte. Le premier est mon état de fatigue. Je rentre (il y a une semaine tout pile) d'un voyage à Miami et le décalage horaire suivi d'une nuit blanche juste après mon retour à Paris m'a mené dans une spirale d'insomnies sévères. Et ces insomnies s'accomapgnent invariablement de migraines ophtalmiques carabinées. Je vous fais grâce des effets secondaires du traitement Relpax/Lamaline... mais ce n'est pas étranger aux rêves que je fais par la suite.

Quand je sors, je rencontre souvent des personnes intéressantes. Et samedi dernier ça a été le cas. Soirée classique, rencontre classique, j'ai discuté avec un jeune homme sympathique et nous avons échangé nos coordonnées. Depuis nous discutons d'un peu de tout. Afin de conserver son anonymat, je le nommerai J-C. Il était dans le rêve. Et après cette longue introduction, le voici.

La Terre est devenue une lande humide, un immense marais. Le sol ne varie pas beaucoup de niveau, à peine quelques îlets émergent à la surface, verts de mousses et de plantes grasses, parfois une colline couverte d'arbres sombres et putrides. Sous la surface de cet océan peu profond, tout est vert, des algues à feuilles rondes, pas d'animaux, pas de poissons. C'est un monde vert, une gloire aux végétaux, mais d'animaux pas de trace.

Les rares humains encore en vie dans ce monde sont en stase dans un vaisseau qui orbite autour, variant son altitude (pourquoi aucune idée) parfois au raz de la mer, parfois si haut qu'on voit la courbure du globe terrestre. On m'a réveillé de ma stase. Je suis vêtue d'une combinaison en lin beige, ample, confortable, sans manches, tout le monde porte le même vétement. Sur mon bras gauche il y a un petit communicateur holographique qui m'affiche le visage en 4D de mes interlocuteurs. La plupart sont des jeunes gens, comme moi. Dans le rêve je ne dois pas avoir plus de 20 ans, mais c'est bien mon corps, j'ai même mes tatouages actuels (étrange je n'étais pas tatouée à 20 ans). Juste après mon réveil on me fait passer une IRM. L'appareil diffère beaucoup de celui dans lequel je suis passée en 2010... là on est debout. Ça ressemble à une cabine de douche aux parois fumées. Tout est OK avec moi. Je dois descendre au sol et juste avant que je descende je croise une jeune femme que je connais. (Dans la vraie vie aussi je la connais elle s'appelle Laetitia, c'est une bibliothécaire). Elle me raconte qu'elle est descendue et là dans le rêve je vis la scène à sa place. Je suis dans une forêt d'ébèniers, les arbres ressemblent plus à des séquoias géants qu'à des Dyospiros... il fait nuit, mais pas complètement noir, la pleine lune éclaire le décors. Laetitia est albinos, sa peau devient phosphorescente sous la lumière lunaire. Dans l'eau autour des arbres glisse un canot avec deux jeunes hommes dedans. Elle a peur, j'ai peur. J'entends leurs voix qui chuchotent et le clapotis de l'eau sur la coque du petit esquif. Au détour d'un trou dans la végétation, je peux mieux voir, leur embarcation n'est qu'un bout d'écorce des arbres environnants, écorces qui se détachent le long des troncs et jonchent le sol partout autour de moi. Tout est humide, spongieux, étouffant, oppressant. Quelques minutes plus tard, je découvre le petit bateau renversé, une mèche de cheveux dépasse de sous la coque, je soulève le tout et découvre deux cadavres qui semblent avoir séjournés longtemps dans l'eau. Leur peau est verte, veinée de lignes bleues au dessin morbide, leur chair flasque et bouffie exhale une odeur de chair en décomposition. Illumination, je sais que même lorsqu'ils parlaient un instant plus tôt, glissant sur l'eau, ils étaient déjà morts.

Alors que Laetitia termine son récit, une alarme retentit dans le vaisseau et je cours pour retrouver quelqu'un qui vient de sortir de stase : J-C. Mais quand j'entre dans la salle de réveil, il n'est pas là. Je dois lui parler en urgence, savoir s'il va bien. Le besoin est impérieux, comme vital pour moi et pour lui. Je ressens comme une menace qui plane sur lui. Pourtant impossible de le trouver. Je cours dans le vaisseau, interroge des gens, je descends même à la surface (c'est super fun les aéro-glisseurs à fond les bananes au dessus de l'eau). J'essaye avec mon communicateur et quand il apparaît en 4D au dessus de mon bras, je ne suis pas le moins du monde soulagée de le voir. Mon angoisse grandit encore. J'ai l'impression que quelqu'un cherche à nous séparer. Je peux voir son indécision sur son visage, lire une certaine tension. Il se méfie de moi, et dans mon esprit se forme le visage d'un autre homme : mon père. (Alors rien à voir avec le vrai de la vraie vie, là le monsieur est très grand, très mince, très sévère... le vrai c'est un peu tout l'inverse, sévérité conservée). Quelqu'un le menace. Pourtant, il doit venir avec moi quelque part, c'est très important pour la survie des personnes à bord. Quand je lui donne rendez-vous dans un des salons du vaisseau et il refuse au prétexte qu'il doit passer une IRM et dans sa voix je peux entendre la peur qui le dévore. Tout dans ses yeux, ses gestes, sa voix trahit cette peur paralysante. Il voudrait obéir mais il est prisonnier d'une menace et de la terreur qu'elle lui inspire. J'essaye de le rassurer. Déjà il est très étonnant qu'il n'ai pas encore passé l'IRM obligatoire en sortie de stase, et ensuite ce n'est ni douloureux ni angoissant. Je lui explique la procédure, mais rien y fait, malgré ma voix calme, mes mots rassurants, il a peur. Quand la communication se coupe une certitude glacée m'envahit, il va mourir. Quelqu'un va le tuer, et je ne pourrais rien faire. Alors je repars à sa recherche. J'arrive dans un couloir sombre, un groupe de jeunes gens s'est formé autour de quelqu'un au sol. Mon coeur menace de s'arrêter de battre, mon esprit lutte contre l'évidence. J'écarte les gens et il est là, la poitrine trouée, il saigne abondamment. Quand je me penche au dessus de lui, la douleur semble le quitter et son visage s'adoucit. Il murmure : j'aurais du venir. Il me tend sa main droite et glisse quelque chose dans ma paume, c'est chaud et métallique.

Et je me suis réveillée. 

Voila. 

Dire que je fais des rêves particulièrement riches en détails, sensations et autres est encore très loin de la réalité. Ne pas savoir ce que J-C a glissé dans ma main me perturbe un peu. Le fait qu'il meure presque dans mes bras aussi ... j'ai arrêté depuis longtemps de me poser des questions sur la significations de mes rêves, il n'y en a pas. Ce sont juste des récits que fabriquent mon cerveau avec des éléments épars de mon quotidien. Seulement comme ça fait quand même plus ou moins 3 semaines que j'ai pas lu un roman de SF avec un vaisseau dedans... je me demande quand même d'où peut bien provenir cette planète verte qui me fait furieusement penser à une Solaris végétale. Le vaisseau me rappelle un peu celui d'Alien. Les autres éléments semblent sortir de nulle part. Sauf peut-être l'environnement végétal qui me fait vaguement penser aux Everglades, les alligators en moins.

Bonne soirée.

P.

Posté par lamad à 08:09 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


13 juin 2014

La couture quelle aventure

Trop facile.

Pas d'entrée dans le blog depuis près de 6 mois, ok pas bien, mais j'ai pas des millions de choses à raconter non plus.

Mais j'ai repris la couture. Et je suis très fière de moi parce que j'ai réussi à me coudre un petit haut à partir d'un de ma garde robe. 

Cette fois je vais enchaîner avec 2 autres petits hauts dans la même forme mais pas dans le même jersey, un débardeur col bénitier et une robe col béntitier dans un tissu qui a plus de 40 ans et qui me vient de ma grand mère paternelle.

20140615_201852

20140615_201857

 

Le tissu est une sorte d'éponge très serré, d'après ma maman, il s'agirait de tissu pour maillot de bain... qu'à cela ne tienne, ça me fait une robe de page chic !

Ciao et à plus.

P.

Posté par lamad à 06:39 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2013

Mes confidents fidèles et imperturbables.

Cela fait des mois que je n'avais rien écrit ici et j'avais envie de parler de ma marotte, j'en ai plein, une de plus me direz-vous. Oui une de plus, mais une plus importante que les autres.

Pour ceux qui le découvrirait maintenant, je suis écrivain, pour ceux qui le savent déjà ce billet ne sera pas vraiment une surprise.

A la faveur de deux cadeaux d'anniversaire magnifiques, j'ai repris goût depuis quelques temps à l'écriture à la main, les cadeaux en question étaient deux magnifiques stylos plumes : Un Waterman Exception Idéal noir plume en or 18K et le Cross Année du Serpent plume en or blanc 18K également. Je possédais déjà deux superbes Waterman, un Étalon et un Carène avec les mêmes caractéristiques que le petit dernier. Étant gauchère, il est délicat pour moi de trouver des plumes qui glissent bien sur le papier, parce qu'à la différence des droitiers qui tirent sur la plume, les gauchers eux la poussent, ce qui fait que nous "labourons" le papier en écrivant. Il nous faut donc des plumes douces et délicates qui n'arrachent pas la matière sur laquelle nous écrivons. Ceux qui ont déjà écrit à la plume savent à quel point il est désagréable que des peluches de papier se glissent dans la plume, causant alors des excès d'encre et alors le stylo se met à baver, ajoutez à ça le fait que nous repassons systématiquement sur notre écriture avec le gras de notre paume et vous aurez un magnifique embrouillamini illisible et sale. 

J'ai toujours aimé les stylos plumes, voyez-y une revanche de gauchère à qui l'école primaire catholique qu'elle a fréquenté de son CP à son premier CM2 a longtemps fait croire que comme elle était gauchère, elle n'aurait jamais le droit d'écrire avec une plume ! Rendez-vous compte. On me privait d'un droit ! Impossible. Et puisque les gauchers écrivent mal, je n'avais plus qu'à adopter une belle écriture et mériter ma plume. J'y ai beaucoup travaillé. 

A l'adolescence, j'ai découvert mes premières amours plumesques. Les Rotring Art Pen ! La magie du choix, certes pas donnés à l'époque, il fallait débourser plus de 120F pour avoir la chance d'en posséder un et c'était largement hors de la portée de ma bourse. Mais à force de patience, j'ai réussi à en posséder jusqu'à 3. Tous de tailles différentes, ces plumes étant destinées non pas à l'écriture, mais à la calligraphie, je possédais donc un noir en 1.1, un rouge en 1.5 et un bleu en 1.9 (les couleurs font référence à l'encre utilisée non à la couleur du stylo, ils étaient tous noirs). Et un jour, au lycée, en terminale, j'ai perdu le 1.5. D'ailleurs, je pense que la personne qui l'a trouvé n'a jamais pu écrire avec parce qu'à force de l'utiliser, j'avais bisauté la plume. Bien mal acquis ne profite jamais. 

Pour mes 20 ans, mes parents m'ont offert ma première parure de prestige, l'Etalon Waterman en or. J'ai vénéré ce stylo jusqu'à ce qu'on me vole mon sac pendant la projection de Titanic (ne me demandez pas pourquoi je hais ce film, au delà de la ridicule romance qu'il présente). J'avais perdu mes deux compagnons, le plume et le roller, laissant orphelin le critérium (que je possède toujours et qui me sers pour le dessin). Pour mes 25 ans, mon père a retrouvé le plume, mais pas le Roller et mon compagnon de l'époque (mon mari aujourd'hui) y a ajouté le Carène. J'avais deux compagnons. A chacun sa plume, l'une fine l'autre médium, à chacun sa couleur. Le Carène s'est vu attribué le magnifique "Bleu des mers du sud" (introuvable aujourd'hui, remplacé par le bleu sérénité quel dommage) et l'Étalon par le noir. 

Cette année pour mes 36 ans, les deux petits nouveaux sont arrivés pour compléter ma collection. Le Cross a été une immense surprise, qui a enflammé mon âme ! L'Exception aussi a contribué à remettre tous mes sens en émoi. Le Serpent s'habille de noir (petites cartouches, non standards et mon dieu qu'elles partent vite) et l'Ideal de "Violet Tendresse".

J'ai donc présentés les plumes, que vous ne verrez pas en photos, maintenant, je vais vous présenter le vrai sujet de ce billet. Oui c'est une longue introduction. Que ne serait une plume sans le support pour qu'elle y glisse.

Je collectionne donc les cahiers ! Oui oui ... après avoir trimballé des petits carnets à spirales 9x13 petits carreaux parce qu'ils étaient pratiques, transportables dans mes sacs à mains, je suis passé à plus grand, plus rigolo, plus prestigieux aussi. Ça a commencé quand j'ai croisé pour la première fois la marque Paperblanks.

Paperblanks Série "Les Chats" (cadeau)

 

DSC01173

 

DSC01174DSC01175

Paperblanks petit carnet (cadeau)

DSC01151

Paperblanks Grands Cahiers (les deux sont des cadeaux) Il en manque un, mais je n'ai plus de batterie sur l'appareil alors je ferai la photo plus tard, il s'agit du grand cahier de la série des grands hommes et le mien c'est Saint Exuperry (si ça étonne quelqu'un dans la salle, qu'il se lève).

DSC01171

Un agenda Paperblanks que j'ai peu utilisé mais il est trop beau

DSC01172

Et un jour je suis tombée sur la fabuleuse collection de la Marelle en Papier, dont je déplore la politique actuelle, ils ont multiplié les styles de cahiers, mais ne font plus de cahiers d'écriture. J'apprécie particulièrement les trois "créatrices" suivantes qui ont fait de magnifiques couvertures pour leurs cahiers : Miss Clara, Lyndie Dourthe et Chloé Rémia. Miss Clara vend certaines de ses créations et je bave chaque fois que je vois ses fées de papiers. (oui papiers avec un s puisqu'elle en utilise plusieurs sortes pour la fabrication de ses petits personnages.

DSC01152

 DSC01163

DSC01165

DSC01166

 DSC01167

 DSC01176

 DSC01177

Petits Carnets Punch Studio 65 pages. (cadeau... je cherche encore quoi faire avec ... sont trop petits !)

DSC01150

Les derniers à être rentrés dans la collection sont ceux de Kimane Design et j'aime beaucoup le papier qu'ils utilisent, sur lequel mes plumes glissent à merveille, et l'idée d'alterner pages lignées, à carreaux ou blanches, ce qui me permet d'illustrer parfois mes écrits. Je ne prétends pas être illustratrice mais il m'arrive de dessiner un peu.

DSC01180

 DSC01181

 DSC01182

Bien sûr cette liste ne serait pas tout à fait complète sans la précieuse contribution du SNE et des cadeaux qu'il fait aux auteurs pour chaque salon du livre et dont des cartons entiers partent à la poubelle. J'ai toujours l'occasion d'en récupérer un ou deux. D'ailleurs, si vous en possédez des vierges qui datent d'avant l'année 2010, je serai heureuse de vous en débarrasser pour compléter ma collection. 

Depuis 2010 ces cahiers font mon bonheur sur le salon puisqu'ils me servent à torturer quelques instants les lecteurs de la maison qui achètent un livre sur mon stand. Si les auteurs présents dédicacent, les lecteurs aussi me laissent un petit message dans ces cahiers que je garde précieusement et que j'aime parcourir pour y picorer les gentils messages laissés par les inconnus (ou connus) qui sont venus piocher un peu de frissons chez nous.

DSC01186

DSC01189

 

DSC01184

DSC01187

 

Et puis les autres, cadeaux divers et variés. D'ailleurs, si vous voulez me faire plaisir et que vous ne savez pas quoi m'offrir, pour Noël, anniversaire ou autre, n'allez pas vous torturez l'esprit trop loin, un cahier original fera toujours mon bonheur. Vous vous verrez même peut-être gratifié d'une histoire, nouvelle ou roman, où l'un des personnages principaux portera votre nom. 

DSC01185

DSC01170

DSC01178

 

Et voila, maintenant vous savez où naissent mes histoires et sur quels supports et par quelles plumes. 

Je vous souhaite une bonne journée, et n'oubliez pas, dans les livres il y a des aventures qui n'attendent que vous pour être vécues.

Pénélope

Posté par lamad à 04:01 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 avril 2013

Un titre ? non pas de titre...

Et pourtant l'univers sait à quel point je suis douée pour ce genre d'exercice : donner un titre. (oui modeste et alors ?)

Bonjour à tous,

Pour une fois je vais parler de mon autre métier. Celui que je fais pour éviter de tourner en rond dans ma tête, celui qui m'a sauvé la vie après m'avoir donné des envies de mort imminente.
J'écris. De là à me considérer comme écrivain, c'est aller un peu vite en besogne, mais certains le pensent.

J'ai publié mon premier roman il y a quelques semaines aux Éditions La Madolière. Oui c'est ma maison d'édition et quelques uns d'entre vous pourraient penser qu'il s'agit d'auto-édition mais ça ne l'est pas. J'ai fait relire mon roman par plusieurs personnes qui travaillent souvent avec moi avant de prendre cette décision. C'est un concours fâcheux de circonstances qui m'y a obligée. De ce genre de concours de circonstances où vous vous dites : j'suis maudite !

Et si je vous en parle c'est parce que depuis que j'ai fini mon roman, j'ai pris conscience qu'écrire une oeuvre longue était un exercice des plus sympathiques. Comme il se trouve que j'ai quelques scénarios qui traînent dans ma tête depuis longtemps, il se pourrait bien que je m'y remette plus tôt que prévu.

J'ai aussi testé la méthode : faire un plan d'écriture. À vrai dire, j'avais déjà testé la chose, le plus amusant étant que je l'avais testé sur la première version du roman. Au départ une longue nouvelle de 77 pages écrites en 18 jours sous l'impulsion d'un pari et coup de pied au derrière d'Amelith Deslandes (auteur de Chair et Tendre et Les Résidents aux Éditions La Madolière). Et il a fallu travailler vite et bien parce que je n'avais que 6 semaines pour écrire ce qui manquait à l'histoire pour en faire un roman. J'ai réussi ! J'en suis très fière, et il y a de quoi. Je ne tomberai pas dans le piège facile de la modestie hypocrite. Oui je suis fière de mon travail et de mon roman, oui je suis fière d'avoir réussi à faire en près de 3 mois ce que je pensais impossible en 2 ans. Il faut savoir, pour apprivoiser le bonheur, s'accorder des moments de pleine et entière satisfaction, de fierté de soi.

Je vais donc me remettre à écrire, parce que j'aime le challenge que cela représente, même si cela me prend beaucoup de temps et consomme une énergie considérable, me rendant tour à tour survoltée ou dépressive.

J'ai quantité d'idées qui me trottent dans la tête, certaines depuis parfois plusieurs années. La plus persistante aujourd'hui est une histoire de Science-Fiction, déjà 6 ans qu'elle mûrit dans mon esprit, si ce n'est pas plus. Je ne note jamais la naissance d'une idée. Je fais un tri entre elles de façon simple : celles qui restent sont bonnes, si elles ne restent pas c'est qu'elles n'étaient pas assez consistantes pour demeurer. J'ai toujours procéder de cette façon. Avec ce système il est évident que j'ai beaucoup de mal à travailler avec un thème, mais je me force à le faire, comme un exercice de style. Je jette des idées sur le papier en espérant qu'il en sortira une histoire.

Je participe à plusieurs appels à textes à l'heure actuelle... tout d'abord celui de Créatures pour La Madolière, normal, et j'espère que mes deux acolytes aimeront mon texte, mais s'ils ne le valident pas je ne ferai pas de forcing. Ensuite je planche sur le thème de la folie pour les Artistes Fous Associés (tout jeune projet né sur le forum de Mad Movies, autant dire que ça envoie du pas-politiquement-correct et du lourd...). J'aimerai avoir le temps de trouver une bonne idée pour le concours Vision du Futur de Présence d'Esprit dont j'avais remporté le premier prix en 2009 en catégorie BD. Je n'ai jamais eu l'occasion de le tenter en nouvelles et la catégorie BD a disparu. Quantité de textes restent encore à écrire, certains dorment dans ma tête depuis longtemps, d'autres moins, ils s'illuminent le soir lorsque je me couche, je choisis de m'endormir avec l'un d'eux.

 C'est comme ça que je fabrique mes histoires, en me les racontant avant d'aller me coucher. Certaines d'ailleurs me gardent éveillées, les meilleures ... les autres me font dormir...


Allez je file j'ai des plans à faire pour les prochains textes.


Bises les fous !


Pénélope

Posté par lamad à 09:16 PM - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 janvier 2013

La folie des vernis

Salut les filles ! (ah oui aujourd'hui peu de chances que ce post intéressent les hommes)

J'ai toujours été plus ou moins attentive à la santé et la beauté des mes ongles, ce qui fait que régulièrement, je m'éclate avec des vernis de toutes les couleurs. Je n'ai pas compter combien j'en ai en tout mais ça remplit trois grosses boîtes Sephora.

Il y a quelques temps j'avais posté ici ma tentative de Galactic Nails de Pshiit. Et là je vais vous faire un récapitulatif de plusieurs manucures que j'adore.

J'ai investit il y a 1 an dans un système UV (gel + lampe) et je l'ai utilisé très souvent, à présent avec le bébé c'est plus compliqué parce que la manucure UV demande beaucoup de temps. Mais à l'époque voila ce que je faisais (la photo avait été prise pour déterminer l'âge de Misty grâce à sa dentition ... )

2011-10-12 20Et la manucure préférée de mon chéri : La French Chanel (oui c'est comme ça qu'elle s'appelle).

Ensuite nous allons découvrir ma très sympathique tentative de manucure au scotch ?

C'est simple, vous prenez 2 vernis, le mieux étant deux couleurs différentes et tranchantes ou des pastels ou mat et brillant ... enfin vous avez compris l'idée quoi.

2012-04-23 13Les trois vernis utilisés pour ma manucure au scotch. Avec en plus un rouleau de scotch blanc (il vaut mieux le scotch transclucide blanc scotch que le super transparent).

Base : Sephora "Welcome to my loft" L40 (beige nude/taupe pâle)

Brillant : Peggy Sage "Bronze" 118

top coat Sephora.

Donc d'abord on applique la base L40 (moi j'ai mis deux couches que j'ai laissé sécher 20min chacune - quand on a un livre à bouquiner c'est parfait).

Ensuite on se découpe des petits bouts de scotch (10) qu'on place sur ses ongles dans le sens qu'on souhaite.

Attention ! veuillez à ce que le scotch colle mais pas trop, pour ça moi je le pose d'abord sur ma peau et ensuite sur l'ongle ... pourquoi ? parce que s'il colle trop et que votre vernis n'est pas totalement sec nickel il va partir au moment où vous enlèverez le scotch.

Une fois les scotch en place il faut bien suivre ce conseil : on applique le vernis à paillette, on souffle et hop tout de suite on retire le bout de scotch ! Pourquoi ? Parce que sinon on va faire craqueler la belle couche de vernis qu'on vient de poser ... ce serait bête avouez-le !

Et quand tout est bien sec on applique une couche pas trop épaisse sans insister de top coat ... pourquoi ne pas insister ? parce que sinon le vernis en dessous s'allonge avec le top coat et se met à baver, le résultat voulu étant l'effet net de la démarcation, ce serait dommage.

Le résultat :

2012-04-23 13

Je trouve que pour un premier essai c'était vraiment très concluant, faudrait que je retente le coup.

 

L15

Passons à mes expériences de l'été dernier, dans le genre : je m'éclate total !

Je venais d'acheter le dissolvant chez Sephora où on plonge le doigt dedans et hop il ressort sans vernis. Je vous en parle après mes essais manucure.

Mon truc cet été c'était la french traditionnelle c'est trop out, je vais faire autre chose. J'ai donc fait autre chose.

2012-08-11 142012-08-14 13

A gauche : Base : durcissant Hansen "Hard as Nail" French : Sephora "I'm a rich girl" 75 et le top coat à paillettes Sephora "Gold fever".

A droite : seul change le French : Peggy Sage "Nuit" 106
Un de ses 4 je vous ferrai un comparatifs vernis avec les prix au litre, et vous allez voir c'est ... édifiant. Pourquoi je dis ça ? parce que Séphora vend ses minis vernis 4.90€ les 5ml et que les paillettes sublimes de chez NFU Oh sont à 9€ les 17ml. Si vous savez faire une règle de 3... (il m'arrive de trouver des NFU-Oh pour beaucoup moins chers ... faut chercher je vous donnerai mes bons plans quand ma connexion arrêtera de ramer dans la falaise.)

Bon je vous laisse... j'espère que ça vous inspirera.


Bises les filles !

Pénélope

 

Posté par lamad à 08:48 PM - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



30 janvier 2013

Tricot ? again !!

Une fois n'est pas coutume, ce post ira à ma passion.

Le tricot.

Aujourd'hui je partage avec vous mon petit délire du moment. Cela faisait plusieurs semaines que je me disais que mes fourreaux à aiguilles commençaient doucement à se faire un peu petit...

Je garde donc mes fourreaux pour le transport et en attendant je me suis fait un vase à aiguilles :

DSC00906Le petit meuble à tiroir est une commode pour poupées des années 20 trouvée chez un brocanteur... je l'adore. Le vase vient de chez Ambiance Campagne à Montfort sur Risle, en haut le dessin de toutes les couleurs est le croquis pour une prochaine version du Prantixka (voir plus bas) et le reste c'est des bouts de croquis de moi et un tirage limité de Barbie Collector offert lors d'une commande.

.... surtout quand on possède comme moi plusieurs paires de même taille et qu'en plus vous continuez à trouver que ça ne suffit pas. Pourquoi ? Faut-il que j'avoue ma grande faute devant vous ? Oui... bande de bourriques !

Alors voila comment je travaille : je choisis un modèle, une laine ou je le dessine moi-même ce qui est aussi très amusant (et beaucoup plus prise de tête mais quand on aime on ne compte pas sa souffrance) et ensuite je me lance. Mais je me lasse aussi très vite alors quand j'en ai marre d'un modèle, genre je fais le dos puis j'en commence un autre, et après je fais le devant du premier ... et parfois les envies sont telles que j'ai 4 projets en cours (si c'est pas plus). Non je ne vous ferai pas le détail aujourd'hui du nombre de pulls commencés et qu'il me reste à finir... à tout vous avouer, je travaille plus vite quand je le fais pour les autres.

J'ai 4 pulls en cours pour moi... dont 2 sont des prototypes, deux autres sont de magnifiques modèles Phildar qu'il faudra bien que je finisse un jour. Et entre temps j'ai tout de même tricoté 4 pulls pour ma mère et moi, 3 pulls pour homme (commandes de particuliers) et plein de petits trucs pour bébés et des accessoires, ça me fait penser qu'un de ces 4 il faudra que je vous montre les magnifiques mitaines que je me suis faites avec une vieille laine Phildar (Layette Microfibre) trouvée lors du déstockage pour fermeture de la boutique de Pont Audemer (snif snif snif) et de la Sunset Turquoise ! C'est pas pour le boulot qu'il me reste à faire dessus, mais vous connaissez mon amour du montage ... autant j'adore coudre à la main du tissu (pour les fidèles du site...) autant je déteste assembler un pull ou un gilet en laine.

Vous allez vous demander sur quoi je travaille en ce moment ? Je termine un Poncho pour moi (modèle Bergère de France / Laine Phidlar) il arrive qu'un modèle BdF me séduise mais c'est très rare et de toute façon je n'aime pas leur laine alors j'ai pris de la Rapido Rouge et de la Sunset Oriental et allons-y gaiement ! J'ai fini le Poncho, terminé le Snood hier, je le couds ce soir et ensuite je vais rajouter une petite création par dessus : des grandes mitaines/ manches puisqu'il me reste 5 pelotes de Rouge et que les pauvres vont se sentir seules. Sachez les filles que j'ai tellement aimé tricoté ce truc que j'ai commandé la même en Pétrole pour m'en faire un deuxième (y'avait une promo sur la Rapido 1.85€ la pelote !)

Bon dans les grands projets en cours : J'ai offert à mon papa pour Noël de lui faire un pull comme je sais qu'il aime les irlandais à col roulés et il a choisi celui-là :

DSC00907

Je rappelle que j'ai déjà fait 1 tricot dans ce très chouette catalogue Homme (cadeau de Noël pour mon beau père). Si seulement Phildar pouvait sortir de beaux catalogues Homme plus souvent, je demande pas grand chose, mais 1 par an ce serait déjà pas mal... Parce que nos hommes aussi méritent d'être beaux du fait de nos petites mimines attentionnées.

Et sinon dans les beaux pulls hommes cette année il y avait deux autres modèles Phildar pour mon chéri (sur la photo ils sont portés par un ami Photograph ME

_MG_0161_MG_0162_MG_0167

L'est beau mon doudou dedans...

Et pour moi ? Quelques bricoles ... comme ce magnifique pull (Phildar ... vous osez encore poser la question ?)

2012-09-06 15 (copie)

Et puis des petits accessoires pour le fun et puis des pulls aussi...

 

_MG_0109

_MG_9986

Modèle Phildar et même que celui-là je l'ai tricoté 2 fois, une fois dans une autre nuance orangée pour ma maman et une fois pour moi (Le modèle sur la photo c'est pas moi c'est Estelle une charmante jeune femme qui a bien voulu prêter son corps pour une séance pleine de fun.)

_MG_0015

Ca c'est toujours de la laine Phildar mais c'est un prototype à moi pour essayer leur laine méche et c'était bien rigolo.

_MG_9971

Encore un prototype avec de la Phildar Giboulées (ça date) j'ai adoré cette laine ! Le pull s'appelle Prantixka, et je finis celui que je suis en train de faire dans une autre qualité Phildar pour proposer le modèle en tricot à la demande (à partir de 70€ suivant la laine au choix).

Et pour terminer ... je suis tombée amoureuse des nouveaux coloris Coton 3 de Phildar. 

Bises les filles !


Pénélope

 

Posté par lamad à 06:41 PM - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

29 janvier 2013

A ça ira, ça ira, ça ira, les cathos bien pensant à la lanterne !

Je ne fais pas de politique, je n'aime pas me mêler des polémiques, j'ai une sainte horreur des conflits (et des cons tout court) mais devant la profusion de pétitions dans un sens ou dans l'autre, je vais tout de même vous livrer ma réflexion déjà exprimée ici ou là sur le mur d'amis.

Nous sommes dans un pays qui fût magnifique, le pays où un jour une partie du peuple s'est levée pour exiger que tous les hommes de cette nation naissent libres, aient les mêmes droits et les mêmes devoirs, obtiennent une justice au delà de leur religion, opinion ou origine sociale.

Que les évolutions sociétales jouent dans un sens ou dans un autre pour améliorer l'état de droit ou non, il n'est pas le but ici d'aborder le sujet.

Mais constater que dans ce pays-là ! la France ! une minorité du peuple se soulève pour que d'autres - encore plus petite minorité - n'obtiennent pas les mêmes droits qu'eux sous des prétextes fallacieux me dégoûte !

Je vais vous l'expliquer avec une image simple : c'est comme si les Nobles se soulevait pour que le Tiers État soit renvoyé dans sa cambrousse. Mon dieu que ces puants puissent souiller nos belles salles de mariage ! 

Le beau prétexte noble qu'il s'agirait de protéger les enfants je crois que cela reste l'argument de trop.

Un bébé vient d'un papa et d'une maman ? C'est pas vrai. Un papa et une maman sont des termes affectifs où l'amour vient prendre le pas sur la biologie.

Faire croire qu'il faille un papa et une maman est une grossière manipulation des termes.

Pour faire un enfant, si on veut se baser sur la biologie il faut : 1 ovule + 1 spermatozoïde et 1 utérus pour incuber le tout.

D'ailleurs, répondez donc à cette question simple, mesdames et messieurs les anti : Mais comment donc qu'il a été conçu Jésus ?

Rappelons les faits : Marie reçoit la visite de l'Archange Gabriel et annonce ensuite à Joseph qu'elle attend l'enfant de Dieu ?

Alors qui ment à qui là ? Et qui se voile gentiment la face quand ça lui plaît pour s'asseoir sur les croyances des autres ? Quand ça vient de vous c'est acceptable, quand ça vient des autres c'est des mensonges éhontés pour polluer les esprits de nos enfants ?

Une petite statistique voulez-vous, tirée tout droit de votre conception de la conception justement : 100% des homosexuels ont des parents hétéros !

Mince ! On devrait interdire aux hétéros de faire des enfants, ils vont devenir homo !

Mais ... combien d'enfants élevés par des parents homosexuels le deviennent eux homo ?

Parce que soyons honnêtes les uns envers les autres, vous avez peur que les enfants ne se construisent pas bien dans leur tête avec deux parents du même sexe. Certes, mais on parle de quoi exactement comme trouble à la fin ?

Pourquoi diable faut-il penser que les parents homosexuels seraient des menteurs ? Seraient-ils plus limités intellectuellement que les autres pour persévérer dans ce que vous appelez le mensonge ?

Vous pensez donc que les parents de même sexe n'iraient pas expliquer à l'enfant quand il aura l'âge de comprendre qu'un bébé ne découle que de la rencontre d'une vierge et du Saint Esprit ? ah non pardon ça c'est les cathos. Qu'un bébé n'arrive qu'après la rencontre de deux gamètes sexuelles, l'une masculine, l'une féminine. Vous pensez sérieusement que les parents de même sexe vont mentir ?

Ou alors pensez-vous que les enfants élevés dans ces couples seront plus stupides que vos enfants et ne comprendrons rien à la sexualité et à la reproduction ?

Honnêtement tant qu'on continuera à associer sexualité, sentiments et reproduction, il y a de fortes chances pour qu'on obtienne exactement le résultat inverse de celui recherché.

Parce que oui si vos questions sont étonnantes, elles n'en révèlent pas moins sur vos positions quant à la sexualité des hommes et des femmes.

La sexualité n'est pas l'apanage des hommes. Les femmes aussi aiment avoir des relations sexuelles (seules, avec un homme ou une femme ...). Le désir appartient aux deux ! La jouissance aussi.

La sexualité n'a pas pour unique but la reproduction.

Et le mariage n'a pas pour unique but la fondation de la famille. Si on allait plus loin dans ce débat, pourquoi ne pas exiger que soient dissous les mariages de couples qui n'ont jamais eu d'enfants et qui ont passé l'âge d'en avoir !

Après tout si le mariage est fait pour fonder une famille et une famille étant selon vous: "un papa, une maman et un enfant" ... ceux qui n'en n'ont pas ne devraient pas avoir accès à l'institution maritale ? Si ? Alors pourquoi pas les homosexuels ?

En quoi les homosexuels sont-ils si différents de vous pour que vous refusiez qu'une personne née libre et égale à vous en droits et en devoirs, ne puisse pas devenir adulte avec les mêmes droits et devoirs que vous ?

Sont-ils dénués de conscience ?

Sont-ils des animaux ?

Sont-ils des invertébrés ?

Sont-ils des fougères ?

Non alors je vais vous rappelez ce magnifique article : 

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Sont-ils, au regard de ce texte qui rend caduque l'article du Code Civil sur le Mariage, des non-humains ?

Où est passé votre esprit de Fraternité, valeur fondamentale de toute les religions ?

Et en guise d'épilogue, et ce sera ma dernière question : Exigez donc le mariage de vos prêtres puisqu'ils discourent sur la famille, famille qu'ils n'ont pas, mariage qu'ils ne vivent pas.

PLS

PS : vous pouvez partager cet article.

Vous pouvez critiquer cette article, uniquement après avoir répondu à cette question : qu'est-ce qui diffère un homosexuel de vous à part son orientation sexuelle qui n'est de toute façon pas votre affaire.

Posté par lamad à 03:52 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 octobre 2012

Tricot de châle

Coucou à toutes et à tous (même si là ça va plutôt concerner les filles)

 

Voila, ma question sera simple et s'adresse surtout aux grandes malades du tricot, aux addict de la maille, au droguées des aiguilles ...

Est-il possible de tricoter un châle avec des aiguilles droites, je lutte, impossible de faire plus de 10 rangs, ça cloque (le tricot semble se rétracter). J'ai bien vu qu'une fois le châle terminé il faut l'allonger et l'étirer pour le mettre en forme, mais j'aboue sur les aiguilles ça semblait s'enrouler sur lui même.

J'aimerai beaucoup faire le Haruni (les grandes malades savent ce que c'est) pour les autres voila le Haruni :

http://christine73free.canalblog.com/archives/2010/02/01/16747165.html

Voila, j'ai une sorte d'aversion complète pour les aiguilles circulaires, je n'aime vraiment pas ça, je ne suis pas à l'aise.


J'espère avoir vos avis !


Bises les filles

 

Pénélope

Posté par lamad à 01:36 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 août 2012

Ils nous prennent pour des cons dans l'Union Européenne ou bien ?

Allons-y gaiement, vous le savez, j'ai du mal avec le fait qu'on se paye ma tête et a fortiori quand ça vient de personnes que j'aurais plus ou moins mises au pouvoir en votant.

Mais là où ça prend des proportions étonnantes c'est quand le Parlement Européen pond un questionnaire sur la politique agricole européenne et que la question 9 concerne : MONSANTO !!!!!!!!!!!!!!

http://www.food4.eu/fr/have_your_say/quest.html

Petit rappel pour les incultes, Monsanto c'est une firme internationale qui vend des graines aux agriculteurs, graines stériles ! faut-il le préciser, ce qui empêche l'agriculteur de replanter les graines obtenues par la culture de la plante et le pousse alors à racheter des graines d'une année sur l'autre. Vous l'aurez sûrement remarqué, ce modèle économique est particulièrement stupide ! mais en plus d'être stupide, il marche ... pourquoi ? parce que les graines en question sont des OGM (organismes génétiquement modifiés) qui combattent eux-mêmes les maladies et ont aussi un meilleur rendement. Donc pour résumer, vous achetez des graines qui font pousser des beaux maïs qui produisent des épis plus gros, donc plus de grains, donc plus de poids à revendre, donc plus de revenus, mais comme vous ne pouvez pas en replanter une partie, le beau revenu en plus vous le dépensez en ... graines pour avoir du beau maïs... etc.

Vous l'aurez compris, y'a des jours on se dit que le monde tourne pas rond.

Pour en revenir à la PAE ... voir le nom MONSANTO dans ce genre d'étude est quelque peu étrange, pour ne pas dire inquiétant ! MONSANTO aurait-il des intérêts dans cette politique ? Et moi qui croyait que le parlement européen était indépendant et répondait à l'attente des européens qui ont voté et ont donc installé les parlementaires dans leurs chaises, faudrait quand même pas voir à l'oublier.


En bref, vous voyez ce que je veux dire ! Scandale !


Péné

Posté par lamad à 06:08 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 juillet 2012

La customisation d'un meuble

J'ai enfin eu le temps de m'atteler à la customisation du meuble que mes beaux-parents gardaient dans leur grenier et qu'ils ont bien voulu me donner.

IMGP0032Le meuble avant

 

La bête était très salle, recouverte d'une épaisse couche de poussière. J'ai donc poncé le plateau haut et nettoyé le reste avec une éponge et de l'eau.

IMGP0042Je lave.

J'ai ensuite appliqué une couche de peinture acrylique blanche pour unifier le tout.

IMGP0043Le meuble après lavage


IMGP0049Après la couche de blanc.

IMGP0050

Début de la décoration du plateau

IMGP0056

Le meuble avec la décoration des casiers.

IMGP0057

Le côté droit

IMGP0058

Le milieu

IMGP0059

Le côté gauche.


La customisation m'a pris 8h de travail. Le matériel utilisé : Acrylique blanche, rouge primaire, jaune primaire, vert tendre. Vernis colle, papiers de divers qualités (serviette, scrap...), du médium pour dorure à l'or et des feuilles d'or, pinceaux, vernis bois brillant, une éponge, de l'eau ... et un ruban d'imitation satin bleu.
Pas besoin d'être un expert pour faire ce genre de choses, il faut se lancer.

Pénélope

 

Posté par lamad à 08:44 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]



Fin »